Comprendre le système d’adresses japonaises

Comprendre le système d’adresses japonaises

Code postal, département, commune, quartier, numéro

Une adresse japonaise est indiquée selon l’ordre ci-dessus avec quelques variantes. Il existe le symbole qui signifie « code postal » : 〒, mais ce n’est pas obligatoire. Ce symbole est utilisé aussi pour indiquer le bureau de poste sur une carte géographique.

Les départements japonais sont aussi appelés « préfectures » en français. Ils sont constitués de 47 :

1 To都 : (Tokyo-to)

1 Do道 : (Hokkaido)

2 Fu府 : (Kyoto-fu, Osaka-fu)

43 Ken県 : autres départements

Les communes japonaises sont divisées en plusieurs catégories :

Shi 市 (cela correspond à la ville)

Gun 郡 (cela correspond grosso modo à la catégorie de cantons français) qui ont des Machi 町 (cela correspond au bourg) et des Mura村 (cela correspond au village).

Pour les grandes villes, il existe l’équivalent des arrondissements français : Ku 区.

Les adresses japonaises comportent le nom de rue. A part des rues dont la dimension est importante, comme équivalent des avenues françaises, la plupart des rues japonaises n’ont pas de nom.

Un « quartier » est généralement divisée en plusieurs sous-divisions. Ces sous-divisions sont divisées en plusieurs blocs numérotés, puis divisés pour désigner chaque sous-bloc numéroté.

Exemple : Kasumigaseki

Kasumigaseki 1-chome, 2-ban, 3-go

On peut abréger ces appellations « chome », « ban », « go ». Dans ce cas-là, on écrit : Kasumigaseki 1-2-3.

S’il s’agit de l’adresse Kasumigaseki 2-chome, 3-ban, 4-go : Kasumigaseki 2-3-4

Il existe de nombreux cas spécifiques sur le bloc « quartier », en particulier à Hokkaido et à la ville de Kyoto.

La sous-division « banchi » est aussi utilisés pour certaines adresses au lieu de « ban » et « go ».

Ce qui est important dans la transcription en français (alphabet latin), c’est de ne pas mélanger le code postal et les numéros de sous-division.

L’utilisation de « – » n’a pas de règle. Un traducteur écrit « 1-chome » et l’autre écrit « 1 chome ». Par contre, quand le traducteur utilise le système abrégé (sans « chome », etc.) l’utilisation de « – » est nécessaire pour distinguer chaque sous-division.

Nom de département sur le passeport japonais

Les documents administratifs français prévoient généralement la case d’indication de la commune. Au Japon, l’indication de département est aussi plus souvent demandée que l’indication de la commune.

Le domicile légal qui est indiqué sur le passeport japonais est le nom du département du domicile légal du titulaire.

Il risque d’y avoir une confusion (Il y a risque de confusion) lors de la délivrance d’un document français en se référant au passeport japonais, car le lieu de naissance signifie la commune de naissance pour l’administration française.

Nom d’immeuble

Il est conseillé de préciser le nom d’immeuble collectif dans l’adresse, car parfois deux immeubles attenants ont la même adresse. L’indication de l’étage est aussi utile. Quant au numéro d’appartement, l’indication est indispensable.

Les Japonais sont très créatifs pour nommer les immeubles. Des noms japonisés d’origine étrangère sont très répandus à tel point que le traducteur est parfois obligé d’indiquer que la transcription en français (alphabet latin) dans la traduction n’est qu’une possibilité.

Le Rez-de-chaussée en France correspond au 1er étage au Japon

Au Japon, il n’existe pas de niveau zéro dans un bâtiment. Le rez-de-chaussée en France, c’est le 1er étage au Japon.

France : RDC, 1er étage, 2e étage, 3e étage…

Japon : 1er étage, 2e étage, 3e étage, 4e étage…

Les touristes japonais sont souvent surpris quand ils voient (niveau) « 0 » sur les boutons de l’ascenseur. Article rédigé par KYH

About The Author

Laisser un commentaire